Le potentiel de recherche publique de la région Rhône-Alpes travaillant spécifiquement sur l’environnement s’organise autour des 4 pôles universitaires (Lyon, Grenoble, Saint-Etienne, Chambéry/Annecy) associés à des établissements publics de recherche particulièrement présents en Région : CNRS, Irstea, INRA, IRD, CEA, INRIA, IFSTTAR. La présence de centres d’études et de recherche tels que le CERTU (ministère de l’écologie), l’IFP, Météo-France (Centre d’étude de la neige) ou le CSTB, vient encore renforcer le dispositif et conforter le lien avec la demande publique.


Le potentiel du PRES lyonnais repose sur un potentiel intellectuel et économique considérable. Le site de Lyon Saint-Etienne se distingue par une concentration la plus élevée après l’Ile-de-France, d’établissements universitaires et de laboratoires de recherche. Le PRES couvre tous les domaines fondamentaux des sciences, notamment les Sciences pour l’Ingénieur, les Sciences du Vivant, les Sciences Humaines et Sociales, les Sciences Chimiques, les Sciences physiques et mathématiques bien que très peu en Sciences de l’Univers. Il est formé d’un réseau d’excellence, très dynamique et imbriqué de laboratoires de l’enseignement supérieur en association ou collaborant avec des EPST : Irstea, CNRS, INRA, IFSTTAR, IRD.

Le potentiel du PRES grenoblois est d’abord celui des universités scientifiques et techniques et d’Irstea. L’Université Joseph Fourier a regroupé l’ensemble de ses activités liées à l’environnement terrestre et planétaire au sein de l’Observatoire des Sciences de l’Univers de Grenoble. Ses recherches dans les domaines de l’écologie et de la santé sont coordonnées entre plusieurs laboratoires en Sciences de la Vie (Médecine, Pharmacie, Biologie). Grenoble INP possède un secteur environnement particulièrement actif. Les équipes concernées sont regroupées autour de grosses unités mixtes de recherche, principalement rattachées aux Sciences de l’Univers et aux Sciences pour l’ingénieur pour ce qui est des rattachements au CNRS. L’université de Savoie dispose quant à elle d’équipes universitaires ou d’EPST (CNRS, INRA) particulièrement actives dans le domaine thématique de la montagne (écologie, géographie, sociologie,..) ou de technologie de pointe (mécatronique, solaire).


Les écoles doctorales :